Déclaration

Médias – Pierre Rondeau fait le point économique du football amateur

Vous avez pu déjà le voir à la télévision sur la Chaine l’Équipe , ou le croiser sur Twitter où il est très actif, Pierre Rondeau est économiste du sport. Professeur à la Sport Management School, il a vécu plusieurs années à Toulouse. Il a accordé un entretien en visio à Footpy, depuis chez lui, pour parler du foot amateur qui ne se porte pas très bien en ce moment. Entretien.

Vous vivez, enseignez, travaillez à Paris. Mais il fut un temps où vous habitiez à Toulouse…

J’ai vécu 5 ans à Toulouse, je devais avoir entre 8 et 12 ans. J’étais à l’école Jean Chaubet, puis au collège de l’Hers (aujourd’hui collège Jean Pierre Vernant). Ce sont de bons souvenirs. Et comme mon père travaillait à Airbus, qui était partenaire du Stade Toulousain, j’allais souvent au Stade des 7 Deniers, et je jouais avec les autres gamins sur le terrain à coté du stade.  

Aujourd’hui, vous êtes plus spécialisé foot que rugby. On vous voit très souvent sur la Chaine l’Équipe parler des problèmes des droits télé que rencontre le football professionnel français, mais jamais des répercussions que cela aura sur le foot amateur. Pouvez-vous nous faire un point sur ce sujet ?

Il est vrai que malheureusement on ne s’occupe pas assez du monde amateur. Or, sans le foot amateur, le foot professionnel n’existerait pas. La plupart des joueurs pros sont formés par les clubs amateurs avant de rejoindre les clubs professionnels, et il faut le souligner. Ensuite les répercussions de ces soucis économiques sont multiples. Le football professionnel par ruissèlement, finance et soutient le foot amateur grâce aux deux taxes affectées sur les droits télé, redistribuées au foot amateur :

– la taxe Buffet, créée par Marie-Georges Buffet, alors Ministre des Sports en 1999, redistribue 5% du montant des droits pour financer l’Agence Nationale du Sport. Donc avec des droits télé à 1mds 300 000 €, 50 millions d’euros revenaient au foot amateur.

– la taxe FFF, créée en 2010 après l’affaire Knysna, afin de réh

abiliter l’aura et l’image du foot professionnel et pour soutenir le monde amateur, reverse 2,5% directement au FAFA, le Fond d’Aide au Football Amateur. Ce montant, avec des droits télé à 1mds 300 000 € revenait à plus de 25 millions d’euros.

             “Le foot est moins attrayant, plus complexe”

Et le foot amateur ne verra jamais cet argent ?

En fait au moins une bonne partie, puisque ce montant est assuré par le ministère de l’Economie à Bercy malgré l’arrêt des paiements par Mediapro des droits télé, selon le député Régis Juanico. Il y a donc une compensation et de l’argent continue à rentrer. Mais là où c’est inquiétant, c’est que les droits télé payés par Canal Plus sont deux fois plus faibles, et il reste à savoir si c’est Bercy qui va continuer de verser la somme à partir du 1mds3 ou si c’est la ligue qui va reverser via ces taxes mais sur le montant de 681 millions d’euros, ce qui serait une somme bien plus petite, et ce dès février. Et si le nouvel appel d’offre sur la période 2021-2024 est valorisé à moins de 800 millions d’euros, ce sera de l’argent perdu par rapport à ce que le foot amateur devait initialement toucher avec le contrat signé entre la Ligue et Mediapro. Cette crise affecte financièrement le foot amateur mais il y a aussi un impact du point de vue médiatique. Le football devient moins visible pour les jeunes. Il faut avoir accès aux chaines payantes, que ce soit pour la Ligue 1, la Ligue 2, les championnats étrangers et même la Ligue des Champions, puisqu’il n’y a même plus de matchs gratuits comme à l’époque sur TF1. Le foot a été rendu moins attrayant et plus complexe. Et l’invisibilisation de ce football amène à la réduction de la pratique et la passion pour le football, comme le montre une étude menée par le syndicat des clubs et qui indique que 2 jeunes sur 5 ne s’intéressent absolument plus au football. Il y a de moins en moins de jeunes qui se passionnent pour le football. Donc s’il y a un manque d’argent, un manque de visibilité et un manque de motivation pour la pratique du foot, on va droit dans le mur.

Et aux soucis liés aux droits télé, se rajoute la crise sanitaire. Les clubs ne peuvent plus faire rentrer d’argent…

 Les joueurs amateurs ne peuvent plus jouer au foot et le financement des clubs amateurs est biaisé. Les pertes sont colossales. Pour les clubs amateurs, 42% des gains sont obtenus à travers les matchs et les licences. Aujourd’hui, il n’y a plus de matchs, donc pas de gain par rapport à la buvette et la billetterie pour certains clubs. Et en septembre 2020, lors de la reprise et alors que les conditions sanitaires permettaient de jouer au foot, les parents dans les catégories des très jeunes ont eu peur d’inscrire leurs enfants dans un club de foot. Il y a eu une diminution dans les inscriptions de 15%. La solution serait aussi de pouvoir convertir le prix de la licence que l’on a déjà payée en mécénat sportif, pour que le montant puisse être déduit des impôts, et pour éviter aux clubs de rembourser les licenciés si la saison ne reprend pas. Ça n’existe pas mais c’est en réflexion.

          “Les gamins n’ont plus envie de jouer au foot”

Justement, les clubs amateurs ont peur de la saison blanche, c’est à dire que la saison serait déjà finie, sans reprendre en mars ou avril. Faut-il tout faire pour sauver la saison et reprendre rapidement ?

C’est la situation sanitaire qui choisira. S’il y a une troisième ou quatrième vague, ça va être compliqué. Mais d’un point de vue économique, bien-sûr qu’il faudrait reprendre. Organiser la fin de saison avec pourquoi pas des play-off puisqu’il sera difficile de jouer toutes les rencontres. Il faut aussi avoir le temps de pleinement s’entrainer avant la reprise pour éviter les risques de blessures et des matchs totalement ralentis. Ce serait une lourde organisation mais ça peut se faire, à condition qu’il n’y ait pas de risque sanitaire. La procédure vaccinale peut permettre cette reprise. Mais c’est vraiment une condition sine qua non. Mais je suis pessimiste et je ne suis pas le seul. Vincent Duluc (journaliste à la chaine l’Equipe), avec qui je travaille affirme que ce sera une saison blanche au niveau amateur. Et dans ce cas là, les licenciés vont demander, à juste titre, d’être remboursés du prix de leur licence et des clubs vont couler… J’en reviens au mécénat, mais il faut vraiment y réfléchir pour que les clubs ne coulent pas. Déduire en crédits d’impôts le prix de la licence peut inciter les licenciés à ne pas demander aux clubs de rembourser le montant de la licence. Et ça permettrait aux gens de soutenir leur club.

Des clubs peuvent disparaître ?

 Sans revenu puisqu’il n’y a plus de compétitions, avec les aides qui seront diminuées et s’il faut en plus rembourser les licences, évidemment que des clubs seront en danger. Lors de la crise économique de 2010, nous sommes passés de 19 000 à 14 000 clubs en France. Et si des clubs font faillite, ce chiffre peut passer à 12 000 ou 10 000 dans les mois à venir. Parce que si tu fais une saison blanche, la passion footballistique se perd. Les gens ont pris l’habitude de faire autre chose. Je pense qu’à la rentrée prochaine, les gamins auront envie de faire autre chose que de jouer au foot.

La coupe de France a finalement eu lieu, dans un format particulier, avec une partie professionnelle et une partie amateure, qui vont se rejoindre lors des 16èmes de finale. Cette décision a-t-elle été dictée économiquement ?

 On a l’impression que la FFF ne l’a maintenue que pour des raisons économiques puisque les clubs n’ont pas obtenu de dérogation pour pouvoir s’entrainer le soir pendant le couvre feu et que donc sportivement, il n’y a que peu d’intérêt pour les clubs amateurs. Et certains clubs ont déclaré forfait. Et économiquement, sans billetterie, ces matchs sans un partage des dotations télévisuelles, sont hypocrites envers les clubs amateurs car ils perdent de l’argent. Les droits télé de la coupe de France, c’est 22 millions d’euros par an, payés par Eurosport et France Télévision. La répartition n’a pas encore été dévoilée, donc on peut imaginer que la donation peut être en faveur du foot amateur car ce montant ne changera rien pour le foot professionnel. Il faut que cette compétition permette aux clubs de pouvoir s’y retrouver économiquement. Mon avis c’est que c’est mieux que rien, mais il y aurait du avoir une concertation avec le ministère des sports pour que les clubs qui participent à une compétition nationale puisse obtenir une dérogation pour s’entrainer pendant le couvre feu. 

Est-ce que cette décision peut s’apparenter à un test pour une éventuelle reprise des championnats amateurs ?

 Il y a des cas positifs dans les clubs pros donc on sait qu’il y aura des cas dans les clubs amateurs. Le taux d’incidence dans les salles de sport est très bas et elles restent fermées. Les cinémas sont ouverts à Madrid et il y a la preuve empirique que les cas n’explosent pas à cause de l’ouverture des salles de cinéma à Madrid. Mais en France, on ne souhaite pas faire de discrimination, on bloque pour tout le monde, sans passe droit. Donc même si on prouve que la reprise du foot ne fera pas augmenter la courbe des contaminations, l’Etat ne devrait pas changer d’avis parce que la coupe de France s’est bien passée au niveau amateur. J’ai envie d’y croire mais ça ne servirait à rien.

Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résultats

Programmes

Footpy TV

Plus de Déclaration