Interview

Gaillac – Eric Devaud : « On se quitte en bons termes »

C’est une page qui se tourne du côté de Gaillac. Après six années passées au club, Eric Devaud part de l’USG. Il évoque les raisons de son départ et son avenir qu’il voit de nouveau sur un banc de touche.

Pourquoi quittez-vous Gaillac ?

J’ai entraîné l’équipe première cinq ans tout en étant manager. L’an dernier, j’ai éprouvé le besoin de souffler. Patrick Picard et Pascal Payet m’ont remplacé. Je souhaitais prendre une année sabbatique mais le président a tout de même voulu que je reste sans avoir de fonction particulière. Et, après cette saison particulière, je me sentais d’attaque pour entrainer de nouveau. J’en ai parlé au président sans mettre aucune pression pour reprendre mon poste car il est difficile de renvoyer les coachs en place après seulement quelques matchs. C’est pourquoi, au vu de ma volonté de redevenir entraîneur, nous nous sommes quittés en bons termes.

Que retiendrez-vous de votre passage au club ?

J’ai passé six belles années à Gaillac. Je tiens à remercier tous les joueurs, dirigeants, éducateurs et bénévoles que j’ai croisés. J’ai vécu de belles émotions d’un point de vue sportif mais aussi au niveau de la vie du club. On a par exemple créé une troisième équipe avec les U17 qui montaient. Ç’a bien fonctionné puisqu’on est monté en D3. C’était une bonne solution pour garder les jeunes et disposer de pas moins de 60 seniors au club. Je suis aussi fier d’avoir pu faire monter chaque année un voire deux joueurs en équipe première. On avait un groupe stable et un noyau dur avec qui je pouvais partir à la guerre.

 

“C’était vraiment une année chaotique”

 

Quel est votre meilleur souvenir ?

Je me souviens bien sûr de notre montée de PL à PH lors de ma deuxième saison. Après avoir fini 4e la première année, on avait réussi à grimper à l’échelon supérieur au dernier match à L’Isle Jourdain. Il y a aussi la saison où l’on était dernier à la fin des matchs aller avec six points. Mais lors de la phase retour, on était la meilleure équipe avec huit victoires, un nul et deux défaites sur la plus petite des marges. C’était vraiment une année chaotique.

Quel est votre plus grand regret ?

Je pense toujours à la saison passée qu’on n’a pas pu finir. On était revenu à la quatrième place tout proche du podium. On restait sur une bonne série (4V-1N) avec aucun blessé et un jeu bien en place. On aurait pu aller titiller Saint-Sulpice qui est monté par la suite. On n’a malheureusement pas pu aller bout. On ne saura jamais mais je pense qu’on aurait pu aller plus haut.

Comment se présente votre avenir ?

J’espère reprendre une équipe première la saison prochaine. J’aimerais trouver un club sain avec une bonne ambiance, de la convivialité et qui a de l’ambition. Il faut cumuler les deux et ce quelque soit le niveau. Je veux prendre du plaisir sur le banc et faire progresser mon équipe.

Un dernier mot ?

Il est important que, dans un club, chacun reste à sa place. Ça s’est toujours passé comme ça à Gaillac. J’ai toujours de bonnes relations avec le président qui a su rester dans ses fonctions et que je tiens à saluer. Un remerciement aussi aux joueurs, dirigeants et éducateurs du club sans qui le club ne serait pas ce qu’il est.

 

Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de Interview